huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Terrorisme
Tueur de Toulouse
La piste Forsane Alizza

Que sait-on sur l' l'organisation dissoute à laquelle appartiendrait le suspect des crimes de Toulouse et Montauban ?
Un membre de Forsane-Alizza groupe islamiste qui envisageait la lutte armée ?



Le suspect des tueries de Toulouse et Montauban, "Mohammed", assiégé par le Raid cette nuit était, semble-t-il, déjà repéré. Si les informations qui ont immédiatement couru étaient confirmées, il aurait un profil parfait de jihadiste "homegrown" comme disent les Américains : jeune musulman de nationalité française (ici d'origine algérienne), peut-être "auto-radicalisé", vivant dans un quartier qui n'est pas vraiment misérable (la Côte Pavée), connu pour faits de délinquance, radicalisé avec des proches (son frère en l'occurrence), ayant fait un séjour chez les talibans dans les zones tribales Pakistan / Afghanistan, y ayant peut-être combattu ou s'y étant entraîné, prêt à se défendre jusqu'à la mort. Ses motivations - d'après ce qui est rapporté - semblent également rappeler un schéma familier : venger les enfants palestiniens, punir les "Croisés" pour leur intervention en Afghanistan.
Il serait soit un "loup solitaire" qui décide de participer au jihad de sa propre initiative, soit un membre d'un groupuscule, ce qui revient à peu près au même.
Et, bien sûr, il se réclame d'al Qaïda, ce qui confirme notre hypothèse que l'organisation centrale est en déclin, mais que soit des groupes d'implantation locale, soit des solitaires (nous parlions même de l'hypothèse d'un "Breivik islamiste") reprennent librement le label.

Autre élément à vérifier : il ferait partie de Forsane-Alizza, proche des jihadistes salfistes dont le site, pas encore fermé au moment où nous écrivons recrute en français et en arabe. Leur thème principal est la lutte contre l'islamophobie : témoignages sur les préjugés anti-islamiste des médias et de la société française, persécution par cette société laïque, rumeurs sur des attentats anti-islamistes, massacres d'enfants musulmans dans la Kapisa afghane, complicité de la France avec le complot américano-sioniste. Le tout sous une forme assez moderne avec une présence sur les réseaux sociaux (1709 personnes les "aiment" sur Facebook et avec beaucoup d'images.

Forsane Alizza a été dissoute sur la base de la loi de 1936 contre les milices armées (à l'époque une loi "antifasciste") et les groupes de forme armée ou prônant la haine religieuse ou raciale. Le décret les accusait même de vouloir l'instauration du califat en France"

À noter au passage : les habituels délires sur des crimes racistes commis par des néo-nazis français se sont révélés aussi faux qu'il y a douze ans lors de l'attentat de la rue Copernic

 Imprimer cette page