huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Information, pouvoir et usage : l'infostratégie > Pouvoirs et information
L'affaire Godwin Belkacem
Juste après le livre de Valérie Trieweiler ("le pire de l'affaire est-il qu'il méprise les "sans-dents" ou qu'il rie de ses propres plaisanteries? comment nous allons parler de ce livre dont il est honteux de parler?"...), l'indignomètre médiatique (l'indignation est une valeur cathodique la plus sûre) s'est fixé sur la très prévisible affaire Najat Belkacem. Le principe de la muleta fonctionne. Le but d'une action symbolique - ici jouer la gauche sociétale morale spectaculaire versus gauche sociale perdue en tout état de cause - est, pour ceux qui ne l'auraient pas deviné, de produire des effets symboliques. Surtout dans le camp d'en face.

Bien évidemment la nomination de la jeune femme à l'éducation Nationale a pour résultat
1) de mobiliser les groupes présumés réacs de la manifestation pour tous, ou, mieux, du jour de la colère,
2) de susciter un maximum de propos qu'il sera facile de qualifier de racistes, machos, antijeunes et pousse-à-la-haine,
3) de diviser la droite entre ceux qui se désolidariseront dans leur course au centre, et ceux qui se laisseront contaminer,
4) de faire jouer les réflexes de solidarité des "minorités" et de rappeler à un électorat qui n'adore pas l'éloge de la bonne finance ou les standing ovations du Medef, qu'il ne faut pas déserter quand le maréchal Pétain ou le père Dupanloup menacent encore.
Bénéfice collatéral : cela détourne de débats plus douloureux sur des questions sociales et économiques.

Vieille technique rhétorique : offrir à l'adversaire l'occasion de se fixer sur les thèses les plus radicales, celles qui inquiéteront les tiers et qui seront les plus faciles à réfuter. S'ajoute ici un bénéfice de l’effet spectaculaire-martyrologique : sans avoir rien fait que provoquer des attaques, Najat Valaud Belkacem remonte tellement dans les sondages qu'elle atteint presque la cote de popularité d´un personnage aussi sexy et près du peuple qu'Alain Juppé.

Autre avantage : l'effet billard. En partant de Minute - dont reconnaîtra qu'il y a peut-être quelques xénophobes parmi les lecteurs de cet hebdomadaire introuvable que je vous défie d'acheter sans fausse moustache - on touche Valeurs Actuelles qui qualifie la ministre d'ayatollah, une fois sur la couverture, une fois dans un article.

On atteint donc très vite le point Godwin du non-débat. Rappelons que le point Godwin (du nom de l'avocat qui a découvert cette "loi" sur Internet) est le stade où une discussion s'est tant développée, a tant dégénéré et s'est tant enflammée que l'un des participants commence à comparer les opinions de son adversaire à celle d'Hitler. Donc à les traiter en fait de non-opinions assimilables à des incitations criminelles. Ce qui en ferait les symptômes d´intentions politiques qui par étapes pourraient nous rapprocher du fascisme, si l'on avait le malheur de les laisser s'exprimer.

En l'occurrence, Valeurs Actuelles (qui cite le dictionnaire pour se justifier) se réfère à ces religieux extrémistes (généralement le iraniens, des vieux mâles non arabes et chiites ce qui ne sont pas exactement les caractéristiques de Najat Belkacem), mais il le fait comme symboles d'intolérance. Il est parfaitement légitime de discuter si la ministre poursuit un projet idéologique condamnable ou si ce qu'elle a fait ou écrit trahit une intention politique inquiétante. Celle-ci consisterait, si l'on a bien compris, à confier à confier aux professeur la tâche d'arracher les enfants aux stéréotypes que leur imposent leurs familles et l'environnement médiatique. Sans nous prononcer sur le fond, nous souhaitons bon courage aux profs devenus promoteurs du non conformisme grâce à l'autorité et maîtres és révolte en application d'une circulaire ministérielle. Peu importe...

Là où joue le point Godwin, c'est, dans l'amalgame Minute / Valeurs Actuelles, allusion aux origines / contestation des intentions, puis dans l'instauration d'interdits en cascade, dans le rappel du tabou et de la frontière infranchissable. On ne cause plus, on flingue, on ne réfute pas une thèse, on la qualifie, on l'incrimine comme faute morale. On l'analyse comme symptôme au lieu de la critiquer en raison. On appelle au secours le Surmoi au lieu de la dialectique. Si vous critiquez le discours de mon ami, c'est que vous pensez secrètement à ses origines que vous haïssez, donc je ne critique pas votre propre discours, je dévoile les origines de vos non-dits.Et je vous hais en bonne conscience.

De l'interdit d'inciter à l'action ou à la haine d'une catégorie de gens, on glisse
- à interdire de qualifier par ses origines ou par son appartenance minoritaire de façon qui peut être ressentie comme discriminatoire
- à interdire de rappeler les origines d'une personne autrement que pour l'en féliciter (mais pas pour attribuer son succès à une supposée promotion des minorités car on remonterait à la case précédente)
- à interdire d'utiliser certaines métaphores, ce qui oblige à prendre littéralement le signifiant pour le signifié (si je dis qu'un chercheur a le flair d’un chien de chasse, je nie son humanité ; si je traite André Breton de pape du surréalisme, c'est une injure anticléricale...)
- à interdire de traiter quelqu'un d'intolérant, car ce serait intolérable
- à interdire de penser en d'autres termes que l'appartenance à un groupe tout en interdisant de faire de cette appartenance le facteur explicatif de quoi que ce soit (oui, c'est difficile à comprendre, mais c'est fait exprès et cela incite à un examen de conscience permanent).

Celui qui énonce de tels interdits fixe le cadre de ce qui peut être débattu en quels termes ; il se pose en situation de supériorité morale. Il fut un temps où l'on pensait que confondre délibérément ses intérêts politiques particuliers avec des normes éthiques universelles était la forme la pire de l'idéologie. Mais ces temps sont révolus et nous avons fait de grands progrès moraux.

 Imprimer cette page