huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Terrorisme
État islamique : images et doctrines

La propagande de l'État islamique combine (notamment à travers les productions de al Hayat son département de la communication) :
- la production centralisée de vidéos sophistiquées (elles-mêmes adressées à différents publics occidentaux ou non en différentes langues) : ce sont les séquences de prédication et d'exécutions dont nos télévisions nous offrent souvent des versions raccourcies et floutées. Avec des moyens visuels non négligeables (image bien définie, plusieurs caméras,de vrais montages, cadrage soigné...) et de nombreuses références esthétiques et culturelles à la culture industrielle occidentale (séries TV, style du reportage haletant), le message est emphatique (combattants triomphants, atmosphère martiale) et étonnament cruel (exécutions détaillées, scènes de condamnés obligés de creuser leur propre tombe, pour montrer la colère de Dieu en œuvre de la façon la plus propre à toucher les esprits par la force de l'image...). Certaines vidéos forment des séries à épisodes comme "le choc des épées".
- des messages et comptes notamment sur Twitter, voire par des applications spécifiques pour smartphones afin de disséminer le matériel de propagande sur les réseau sociaux
- des comptes individuels de jihadistes (souvent contrôlés et obéissant à des consignes de sécurité, par exemple pour ne pas permettre leur localalisation). Ces derniers ne présentent pas forcément des flots de sang ou des barbus brandissant des Kalachnikov. Il y a aussi des témoignages sur la "bonne vie" que l'on mène là-bas : les rapports sont fraternels, on y trouve un conjoint, on s'y rend utile, les gens sont vraiment égaux.
Mais l'État islamique utilise aussi l'écrit et notamment des revues internationales en ligne à la maquette sophistiquée et au texte soigné qui évoquent plutôt des brochures de luxe. Décidés à surpasser Al Qaïda et son magazine anglophone Inspire, l'État islamique produit en anglais "Dabiq" (du nom du lieu où doit avoir lieu une sorte de bataille apocalyptique entre musulmans et chrétiens) qui a déjà quatre numéros et qui a connu une version allemande. Voici depuis quelques jours, la revue francophone "Dar-al-Islam" (la "maison" ou la terre de l'islam qui s'oppose à la terre de la guerre où il faudra affronter les mécréants jusqu'à la victoire finale). Il s'agit de textes doctrinaux plus "haut de gamme" destinés à justifier le combat, et surtout à exalter les victoires du califat naissant : citations, commentaires de docteurs de l'islam, considérations sur le "Tawhid" (fait d'adorer directement et totalement le seul dieu unique, sans y associer d'autres entités ou figures)..., la revue a visiblement des prétentions intellectuelles.
Le contenu est surtout destiné à administrer des "preuves" de la rectitude théologique du califat instauré par al Baghdadi, leur émir, donc à soutenir la légitimité du nouveau chef, et l'obligation qui en découle pour tout bon musulman de lui faire allégeance. La nouvelle utopie - un califat étendant son territoire, assurant l'unité de l'islam contre le complot planétaire et triomphant demain sur toute la terre (il ne s'agit de rien moins que de "libérer Rome" un jour) - est donc la constante du discours triomphaliste de l'État islamique. Territorialité (contre la stratégie d'al Qaeda de frapper l'ennemi le plus lointain) et justification religieuse par la suite de victoires jusqu'à l'affrontement final : tels sont les ingrédients d'un discours à usage interne destiné à recruter et à faire apparaître tout concurrent jihadiste comme un diviseur de la communauté.
Le plus étonnant est l'annonce de la prochaine frappe de monnaies islamiques en or, argent et cuivre, avec description minutieuse des pièces et de leurs symboles, et leur utilité pour contrer le système monétaire des juifs et des croisés.
Clairement l'État islamique multiplie les démonstrations de sa souveraineté (faire la guerre juste, rendre justice, battre monnaie) et réclame une soumission de chaque musulman qui ne peut résulter que du caractère incontestable du califat.

 Imprimer cette page