huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Terrorisme
Califat : malédiction, défi et exemple
Pas d'ambiguïté sur le message "Qu'Allah maudisse la France" ! Dar al-islam, la revue francophone en ligne de l'État islamique produit par son centre médiatique al-Hayat est clair.Coulibaly (présenté sous son nom de guerer, al-Ifriqui et nettement privilégié par rapport aux frères Kouachi, plutôt attachés à al Qaeda canal historique) est un exemple à suivre et sera récompensé parmi les martyrs, son épouse, Hayat Boumedienne interviewée, l'approuve et invite les sœurs à rejoindre le califat en pratiquant la piété, ceux qui disent "je suis Charlie" sont des impies et des apostats promis aux pires châtiments. Exemple de slogan : "Que je meure si l'adorateur de la Croix ou le partisan du Taghout (l'idolatre) vit."
Et la revue de reprendre les appels à attaquer n'importe quel mécréant français ou américain, avec une pierre ou une voiture ou en incendiant sa maison si l'on ne dispose pas d'une Kalachnikov. En revanche dar al-islam s'en prend à ceux qui se contentent de simuler le jihad en bavardant sur les réseaux sociaux : pas de salut sans actes.
Personne ne pourra donc plaider la surprise face à ce programme de "salut par l'allégeance et l'épée".
Ce pourrait d'ailleurs être une des explications du succès du califat (au moins en termes de recrutement), un système doctrinal structuré de façon simple :

- Autorité : pas une phrase qui ne soit accompagnée de citations, sourates, hadiths et autres, seule source de légitimité et seul critère de l'interdit et de l'obligatoire
-Territorialité. Dès qu'il est question du désir qu'éprouvent les musulmans de vivre en terre de chariah et de la nostalgie qu'ils éprouvent de la Hijrah, le retour ou l'émigration vers un pays enfin pur où s'applique la loi de Dieu, le ton devient lyrique. Le succès du Cham (Irak et Syrie) comme utopie réalisée ou pays de la consolation attirant les jihadistes n'a pas d'autre source
- Talion justifiant la vengeance : nous allons vous bombarder comme vous nous avez bombardés et nous allons vous faire verser autant de sang que vous avez versé du sang de nos frères de l'Oumma.
- Punition et récompense. La plus grande faute étant d'offenser le Prophètes, la simple manifestation de solidarité avec les mécréants offenseurs vaut la même peine.
- Obligation universelle : le croyant qui ne cherche pas à tuer un mécréant n'est pas vraiment un croyant.
- Désignation de l'ennemi. La France en particulier a un long passif d'inimitié envers l'islam, haine "sourde et irationnelle" que l'on fait remonter à la monarchie. De par sa politique étrangèreet de par la persécution qu'elle exerce, la France a donc déclaré la guerre la première et doit s'attendre au pire.

La califat semble donc développer sa stratégie du défi et de l'humiliation : prolifération des Tweets avec le slogan "je suis ISIS" (Islamic State in Irak and Syria), numéro de Dabiq (équivalent anglophone de dar al-Islam montrant le drapeau de Daesh flottant sur le Vatican, promessses de bombes et de voitures piégées à la France et à la Belgique. Et lorsqu'ils recourent à des méthodes de hackers, ainsi lorsque le "cyber califat" pirate le compte Twitter de Newsweek, c'est aussi pour adresser un message d'avertissement à la famille Obama sur le sort qui les attend.Rappelons pour mémoire que le jihad cyber, par des attaques informatiques, est théologiquement considéré comme licite et vaut le mérite du mouhadjidine à celui qui le pratique.

 Imprimer cette page