huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Information, pouvoir et usage : l'infostratégie > Pouvoirs et information
Complots, conspirationnisme & Co. I
Le développement du phénomène dit conspirationniste comme sa dénonciation ne datent pas d'hier ; ces dernières années, il s'est écrit force livres sur les théories délirantes qui expliquent les malheurs du monde par le protocole des Sages de Sion, le retour des Illuminati, les services secrets qui ont mis en scène le onze septembre, la Trilatérale ou la réunion de Bilberg.
Par ailleurs, des sites (type hoaxbuster ou conspiracywatch) traquent l'apparition des rumeurs en ligne, trucages, "hoaxes", légendes urbaines et de ce qui les accompagne presque automatiquement, une explication, opposée à la "version officielle", et qui suppose l'action de forces cachées et groupes occultes capables de tromper les masses (sauf, bien sûr, les malins qui ont détecté le trucage). Les travaux qui démontent les mécanismes du démontage conspirationniste ne manquent donc pas et personne ne peut plaider la surprise.

Alors où est le problème ? Il est d'abord dans la capacité de résilience dudit conspirationnisme, capacité nourrie par le scepticisme de masses (ce que nous avons appelé la mentalité X Files : la vérité est ailleurs) : aucune tentative de réfutation de la réfutation ne vient à bout du soupçon. Les livres, émissions ou sites tentant de démontrer que l'homme a vraiment débarqué sur la lune et que le onze septembre a bien été provoqué par des avions détournés sont sans effet sur des millions de gens. Au contraire les efforts des autorités scientifiques ou a fortiori politiques renforcent la conviction que les soupçons sont justifiés puisque le système fait de tels efforts pour les éradiquer.
De plus, les réseaux sociaux sont intrinséquement favorables à l'éclosion des théories du complot : chacun peut y jouer au détective, rencontrer des milliers de gens qui cherchent dans le même sens (et trouvent forcément des bizarreries et coincidences troublantes dans la "version officielle"). Il va ainsi s'isoler avec ses nouveaux amis pour ne se confronter qu'aux arguments qui vont dans son sens en ignorant les autres (c'est ce que l'on nomme biais de confirmation).

Mais le problème pourrait aussi naître des stratégies "anti-conspirationnistes" et de politiques de réfutation qui finissent par nourrir (voire imiter) ce qu'elles combattent.
Dans le conflit ukrainien les pro-russes expliquent que les tireurs de la place Maïdan ont tiré sur les deux camps pour provoquer un affrontement et que les activistes dits pro-Européens étaient formés par une aide étrangère comme les "tech camps" pour activistes subventionnés Département d'État. Côté pro Maïdan on soutient que Poutine avait des plans pour l'invasion de la Crimée, et que tous les comptes pro-indépendantistes sur les réseaux sociaux sont manipulés par les services de propagande du Kremlin. Dans l'affaire de l'avion malaisien abattu au dessus de l'Ukraine, les théories ont fleuri. Les deux camps (ou plutôt des gens dans les deux camps) se sont mutuellement accusés de ce crime sur la base de documents falsifiés (conversations radios remontés pour les pro Maïdan, fausse photo satellite pour les pro-indépendantistes). Qui fait de la théorie du complot dans cette affaire et comment réfuter l'une sans prendre un peu de l'autre ?
D'autant que l'État s'en mêle. Comme le fait remarquer une récente et excellente note de la fondation Jean Jaurès sur le conspirationnisme "Les attentats de Paris des 7 et 9 janvier ont eu un effet collatéral inattendu : la désignation de la part des plus hautes autorités l'Etat du conspirationnisme comme problème public." De fait l'accusation de conspirationnisme rentre dans l'arsenal idéologique, à la rubrique armes de réfutation massive. Les déclarations présidentielles et ministérielles se sont multipliées. Elles s'expliquent par des sondages inquiétants. Ils disent qu'environ 17% de la population croit que les massacres de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher dissimulent un complot, sur la base d'indices plus que ténus (des rétroviseurs qui semblent avoir changé de couleur ou une vidéo presque illisible ou Coulibaly abattu par la police paraît avoir les mains jointes ce qui fut aussitôt interprété comme la preuve qu'il était menotté et que tout était mis en scène). Pour autant suffira-t-il d'opposer la "force lumineuse de la vérité" à ces pauvres gens dans l'erreur ?
Un incident récent nous montre comment la catégorie "conspirationniste" peut fonctionner de façon autonome et passablement contre-productive.
Un fait simple au départ : lors de son accrochage verbal avec Marion Maréchal Le Pen 10 mars, le Premier ministre est saisi d'un irrépressible tremblement de la main gauche. C'est du moins ce que montre la caméra de l'Assemblée Nationale. Le site Panamza de Hichem Hamza relaie la vidéo qui devient virale. Sur ce tremblement naissent les commentaires que l'on peut imaginer, notamment sur des sites proches de Soral ou Dieudonné qui spéculent sur l'état mental ou l'Alzheimer de Valls. Avant que la classe politique ne s'en empare et que Philippot et Sarkozy n'ironisent à leur tour sur une nervosité qui colle mal avec la fonction.
Et les médias de réagir le Huffington Post suivi par l'Express, etc. s'empressent de révéler qu'une cassette sur la fatale tremblotte cicule et de dénoncer "la thèse complotiste et dieudonniste que le FN réccupère".
Le problème étant précisément qu'il n'y a pas de thèse. Le fait de dire que quelqu'un perd ses nerfs peut être insultant mais ne présuppose aucune théorie du complot. Que, par ailleurs Hamza ou Dieudonné soient obsédés par une gigantesque machination sioniste n'a aucun rapport, du moins tant qu'ils ne mettent pas Nethanyaou ou les extra-terrestres en cause dans l'état neuro-musculaire du premier ministre. Si des trotskystes ont constaté que Sarkozy est de petite taille et souvent agité de tics, il est permis de s'offusquer que l'on se moque du physique de l'ancien président, mais pas d'y voir une preuve automatique d'allégeance à la quatrième internationale.
Et dans l'affaire de la main révélatrice, à suggérer que Sarkozy imite Philippot qui prend ses sources sur un site dieudonniste qui s'est renseigné sur un site anti-sioniste et donc, CQFD, qu'il faut être antisémite pour rire de cette pauvre mimine, que fait-on d'autre que du complotisme à l'envers ?
Qualification ("conspirationnistes!") n'est ni réfutation ni explication. Faute de rigueur dans l'usage des mots, ils deviennent des armes idéologiques pour se rassurer et pour disqualifier (à ce compte quelle critique du système, du capitalisme, de l'influence internationale de tel ou tels pays ou du lobbying de tel ou tel groupe n'est pas une théorie du complot ?). A SUIVRE

 Imprimer cette page