huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Affrontements, stratégies et images
Complots, conspirationnistes & Co. II

Comment s'accorder sur une définition du complotisme ou conspirationnisme ?
On ne peut les réduire à la croyance qu'il existe des conspirations (après tout, il doit quand même y avoir de véritables conjurations, des gens qui discutent la façon d'atteindre leurs buts politiques, économiques ou autres, à travers des relais et réseaux plus ou moins discrets, en usant de manœuvres et stratagèmes, le tout sans convoquer BFM TV).
Le conspirationnisme comme système suppose :
- la croyance que lesdites conspirations (ou au moins une) réussissent et qu'une poignée d'hommes jouit d'un pouvoir immense puisqu'ignoré, provoquant les événements en cascade et maniant les foules à sa guise ;
- la conviction que le hasard ne joue guère de rôle dans les affaires humaines et qu'une logique occulte explique en quoi elles se conforment à ce dessein unique ;
- la méfiance à l'égard de la réalité telle qu'elle est présentée par les médias ou les élites autorisées à s'exprimer, méfiance qui amène à déceler systématiquement des contradictions, bizarreries et coïncidences troublantes dans la "version officielle". Corrolaire : un discours si hypercritique et hyperrationnel qu'il résiste à toute argumentation adverse (comprenez : toute affirmation que la réalité pourrait bien être comme l'ont constaté des milliers de gens) au profit du mécnanisme plus rassurant du plan caché. Au cours de son développement et en dépit de sa monstrueuse puissance, la conspiration laisserait filtrer toutes sortes de signes, perceptibles par les esprits démystificateurs, et il y aurait des indices évidents pour qui regarde bien. Du coup les conspirationnistes développent l'art de la réinterprétation : il y a des contradictions (ou au moins des coïncidences troublantes) donc la contre-explication, par un plan caché, s'impose.
La démarche du complotisme pousse le culte de l'unité à l'extrême : un dessein se réalise, un plan se développe sous les apparentes contradictions des événements, une réalité seconde transparaît sous l'accumulation des trucages, mensonges et leurres.
Cette trilogie - pouvoir des volontés, plus rationnalité des événements, plus intelligibilité des ressorts par la critique- apporte à celui qui la pratique à la fois le sens d'une supériorité - il a déchiré les voiles de l'illusion - et une certaine espérance - si tout le mal vient de causes mauvaises, elles-mêmes réductibles à des volontés perverses, il lui est permis d'espérer renverser un jour les imposteurs-. Au pire il pourra nommer la cause de son malheur.

On comprend la difficulté qu'il y a à réfuter une thèse conspirationniste
- Si vous vous attaquez à l'affirmation de fond - l'omnipotence des conjurés - vous devez démontrer un fait négatif et hypothétique. Ainsi vous devez faire admettre au conspirateur qu'il est impossible que des milliers de gens aient participé au trucage du onze septembre par exemple, en truffant les immeubles d'explosifs, en manipulant des dizaines de jihadistes inconscients et en détruisant des milliers de traces, le tout sans se faire prendre, sans que personne n'avoue, sans qu'il y ait un Whistelblower etc. Bref qu'il y a peut-être des conjurations, mais que, comme toute action stratégique, elles se heurtent aux aléas, aux faiblesses des acteurs, à la résistance du réel... Le conspirationniste vous prendra pour un naïf, au mieux il en retira une conviction supplémentaire que le système trompe même les gens intelligents : il lui apparaît si évident que les événements ont unanimement servi des intérêts cachés et qu'avec les moyens que possèdent ces gens là....
- Si vous lui dites qu'il surinterprète et qu'il y a vraiment du fortuit dans la vie - par exemple, il est possible que quelqu'un qui mitraille au hasard un musée juif tombe sur deux citoyens israéliens ayant eu des rapports avec le Mossad - il vous regarde avec consternation. Et essayez de suggérer qu'un ministre et un journaliste célèbres, fréquentant le même milieu social, s'informant aux mêmes sources et ayant la même formation idéologique peuvent défendre les mêmes causes parce qu'ils sont formatés pour cela et pas parce qu'un groupe qui organise un dîner mensuel leur en donne la consigne ! Le refus de croire aux coïncidences voire aux probabilités, l'intentionnalité étant présumée omniprésente et omnipotente, renvoie à un monde sans hasard. Mais aussi un monde sans lois générales : pourquoi faire une analyse des causes géopolitiques, économiques, sociales, culturelles, etc. des actions humaines et de leur interaction puisqu'il suffit de nommer des coupables ?
- Si vous essayez d'attaquer sur le troisième point - la surabondance de témoignages et d'indices montrant que les choses se sont passées comme il a été dit - vous vous exposez à une rafale de contres. Consacrant un énorme temps de cerveau humain à cette tâche, et soutenus par les idées mijotées en vase clos de leurs semblables, les complotistes ont développé une capacité à douter de tout et à repousser tout argument que ce soit en raison de sa source, de ses conséquences, de son incapacité à tout expliquer, de son obligation de s'appuyer sur des sources externes (elles mêmes discutables en vertu du même principe). Et comme vous ne pouvez pas vous engager dans une argumentation à l'infini - la preuve de la preuve de la preuve - vous ne pouvez jamais certifier la thèse dite "officielle", ce qui est aussitôt interprété comme la démonstration qu'il n'y en a que deux et que la thèse inverse, complotiste, est prouvée ispo facto et a contrario sans qu'il faille davantage argumenter. Difficile, en effet, de contredire la contradiction : la thèse conspirationniste s'octroie à elle-même une indulgence - des indices deviennent des preuves, des hypothèses ne sont pas soumises à réfutation - qui fait contraste avec sa façon de démolir la croyance commune en la soumettant à des exigences probantes impossibles à satisfaire.

La réfutation du conspirationnionisme obligé à lutter non seulement contre des raisonnements douteux (mais séduisants par leur supposée valeur éclairante) mais aussi contre une communauté de croyants qui soutiennent l'interlocuteur d'un flux incessant de confirmations supplémentaires (particulièrement sur les réseaux sociaux où toutes les inventivités peuvent se coaliser).

Ce n'est pas une raison pour faire du «conspirationnisme» une sorte d'injure ou de catégories politique ("les éternels obsédés du complot") qui psychiatrise quasiment l'opinion suspecte. Et qui sous-entend que les niais qui s'y rallient ne relèvent pas de la dialectique mais du diagnostic : on ne combat plus leurs opinions, on les qualifie. Elles traduiraient par exemple des "réflexes de peur", une paranoïa ou des "crispations" et haines face à un monde changeant et complexe.Ce qui n'explique rien et surtout permet tout, y compris de censurer. À considérer le complotiste comme un débile (avec parfois des connotations de mépris antipopuliste ou antipopulaire : il faut être un peu primitif pour croire de telles calembredaines), ou comme une conséquence négative de l'Internet sur les masses inccultes, on se rassure d'abord sur sa propre intelligence. Mais on suggère aussi implicitement que la pensée s'inscrit dans les limites d'un cercle du pensable : il y aurait un certain ordre des choses, donc des interprétations, donc des contestations admissibles. À pousser par là, c'est être complotiste que de supposer derrière les débats médiatiques la propagation de thèmes par des groupes intellectuels, de prêter du pouvoir d'influence à tel pays dans les affaires d'un autre ou de supposer que des forces politiques puissent obéir à des puissances financières et que des choix puissent refléter des intérêts qui se présentent sous le masque de valeurs ou nécessités techniques.
Bref l'accusation de complotisme peut servir d'arme du paresseux contre toute critique générale du système en termes de rapports de force et d'influence, ou contre toute tentative,justifiée ou pas, d'analyser le jeu des intérêts, solidarités et des alliances derrière les comportements publics.
Sans compter que l'on finit par toujours être le complotiste de quelqu'un. Qui est complotiste ? Poutine qui pense que les Occidentaux ont conspiré produire Maïdan et pour tenter de le renverser ? Ou ceux qui pensent que Poutine trompe le peuple russe qui le soutient à 85% en manipulant les médias à sa botte relayés par des complices occidentaux stipendiés ? Ceux qui croient que le Front National est persécuté et caricaturé par les médias pleins de bobos gauchos ? Ou ceux qui attribuent la montée du FN à la complaisance des mêmes médias ? Ceux qui pensent que Patrick Buisson, en tant que gourou de Sarkozy, a déterminé les orientations idéologiques d'un quinquennat, ou ceux qui croient qu'il est un épouvantail destiné à culpabiliser la droite ?
Ce n'est pas parce qu'il y a des allumés qui croient que les extra-terrestres ou une secte d'origine médiévale nous manipulent dans l'ombre que toute accusation d'influence ou de concertation est forcément idiote. Or, par glissement progressif, le mot "complotisme" peut finir par s'interdire de déceler un effet de domination ou de critiquer l'explication prédominante de la réalité (en gros la thèse la plus répandue par les médias et les élites). Ceux qui pensent que tout relève d'une stratégie unitaire, que tout se justifie d'une explication unique et que tout est truqué sont effectivement délirants. Pour autant inspirations et propagations, falsications et dominations existent, certes multiples, contradictoires, imparfaites, aléatoires, échouant souvent et produisant des effets inattendus. Entre croyance en un plan caché et conviction que tout résulte du jeu transparent des institutions et des intérêts individuels, il y a la place de la stratégie.
Nous ne préconisons pas une position "centriste" (rire des théories énormes sur les templiers ou les extra-terrestres, accorder un moment d'attention aux accusations plus raisonnables), mais il nous semble indispensable de distinguer les thèses complotistes trop "irréfutables", celles qui fonctionnent trop bien puisque toute contre-argumentation vient les renforcer, de l'hypothèse - difficile à démontrer matériellement mais quand même pas délirante- que certains groupes sociaux ou organisations spécialiées dans l'influence (d'un lobby à un service secret) ne défendent des intérêts par des solidarités discrètes et des actions concertées sur l'opinion.


 Imprimer cette page