huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Terrorisme
Attentats de Paris
Maintenant les professionnels

Cette fois, il ne s'agit plus d'un isolé qui coupe la tête de son patron sans réussir à faire sauter sa cible, ni de gamins qui fantasment sur Internet. Avec toutes les réserves qui s'imposent tandis que les informations tombent à chaud, il semblerait que les commandos terroristes soient capables :
⁃ de mener quatre ou cinq actions simultanées dans le 10°, 11° arrondissements, près des Halles, plus la zone du stade de France (au moins sept lieux donc sept équipes ?)
⁃ de combiner différents types d'attaques : tirs sur la foule, plus prises d'otages, plus attentats suicide à la grenade
- de produire des attentats-suicide simultanés dans un pays qui n'en avaient jamais connu
⁃ de choisir parfaitement le moment : un vendredi soir dans des quartiers bobos, plus un match de foot, à quelques jours du Cop 21 dont on se doute qu'il va être pour le moins perturbé
⁃ de choisir non moins efficacement les lieux : des quartiers où l'on fait la fête le week-end, près du stade où est le président de la République
- de battre d'horribles records en nombre de morts
- bref d'obtenir un effet symbolique et médiatique inégalé
En clair : des commandos bien organisés et sans doute bien entraînés sont capables de frapper la France, très vraisemblablement en rétorsion de ses interventions en Syrie et ailleurs. Du terrorisme "à l'économie" (faites ce que vous pouvez avec des couteaux ...) on passe à de l'action para-militaire de haut niveau. Si la surprise n'est pas totale (beaucoup attendaient "la grosse vague"), peu de gens auraient attendu quelque chose d'aussi professionnel.
En termes d'effet de réaction politique -état d'urgence, mobilisation exceptionnelle - ils ont déjà atteint leur effet publicitaire et perturbateur. Cette fois, il ne suffira plus de défiler en disant "je suis...".

 Imprimer cette page