huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Information, pouvoir et usage : l'infostratégie > Pouvoirs et information
Politiquement correct la suite

Personne en France ne se dit politiquement correct par plaisir. De même, il est rare qu'un éditorialiste (et je ne parle pas d'un ministre !) avoue diffuser l'idéologie dominante. Il préférera se parer des prestiges sinon de la révolte, du moins d'une pensée dérangeante, sans doute minoritaire, même s'il est quotidiennement en mesure de l'asséner à des millions de gens. Exception, on a vu assumer d'être bien-pensant "et alors ?", comme L. Joffrin. Il réussissait ainsi à cumuler les apparences du courage (Dieu sait s'il en faut pour se dire anti-raciste, pro vivre-ensemble, pour l'Europe et les droits de l'homme dans un quotidien sur un plateau de télévision) et la jouissance de la dénonciation du complot néo-réac.

Initialement conçu dès les années 80 comme un refus des termes insultants envers des catégories présumées minoritaires, né d'une forme de compassion (ce qui, soit dit en passant, permet au "correct" de se sentir supérieur à la fois à celui dont il défend la dignité et à celui qu'il dénonce) le PC ( Political Corectness'made in Usa) fut d'abord une tactique d'évitement sémantique du mot blessant, mais va se transformer en programme pénal. Soit la loi tend à réprimer non plus des incitations publiques mais sentiments privés - or comment prohiber la crainte (phobie) et rendre l'amour de l'autre obligatoire ?-. Soit par l'exclusion sociale et morale de l'excluant présumé. Ce processus ne se traduit pas forcément par la perte d'un travail ou d'une tribune médiatique (encore que...) mais surtout par l'impossibilité de s'exprimer sans se justifier et rappeler quelles valeurs l'on n'entend pas remettre en cause. Donc de dire d'où l'on parle ou où l'on tend, plutôt que d'énoncer une thèse qui se révélera ou bien vraie ou bien fausse. Grâce au PC chacun peut redécouvrir les joies du Surmoi, du péché et de l'auto-répression. Mais attention : la critique du politiquement correct, ou des élites sont devenus de forts marqueurs du populisme, comme la critique des médias de masse (après avoir pendant des décennies représenté le comble du radicalisme de gauche).

Parallèlement, on glisse du politiquement correct comme "index" (liste d'expressions et comportements qui blessent) au politiquement correct comme "logiciel" au sens d'un programme destiné à produire des énoncés conformes, mais aussi à repérer les virus de la pensée (virus dont on craint qu'il ne se répande chez les classes inférieures peu humanistes et susceptibles de se laisser contaminer par des peurs, des nostalgies ou des rigidités). Bénéfice collatéral : même l'ancipenseurcelui qui pense comme avant Big Brother) est contraint de pratiquer l'arrêtpensée (autre expression d'Orwell : la faculté intériorisée d'interrompre son raisonnement et a fortiori son expression au moment où il va mener vers des conclusions prohibées).

Le PC instaure donc une censure, mais en faisant croire que tout est affaire de mentalités (de tolérance) et non d’intérêts et de domination, donc qu’il suffirait de bons sentiments pour passer dans le bon camp. À la lutte des classes ou des idéologies se substitue celle des ouvertures et des cultures. Ou des bons ouverts contre les archaïques crispés sur leur refus du monde qui vient, de ses valeurs et de ses impératifs. Les libéraux contre les coincés, les héroïques contre les bloqués. Un adversaire politique n'est plus quelqu'un qui a des intérêts opposés à ceux de votre camp ou une doctrine aux conséquences négatives. C'est un individu, soit abusé (cet ignare a été se faire désinformer sur les réseaux sociaux complotistes, par exemple), soit qui souffre de problèmes psychiques (il a des fantasmes, il cherche des boucs émissaires à son propre sentiment d'infériorité ou de déclin), mais dans tous les cas, il n'émet pas une pensée discutable. Seulement qualifiable d'inqualifiable.

Le P.C. est aussi Puritainement Correct ; ce n’est plus la lubricité qui est condamnée mais l’orgueil des dominants, avec les mêmes hypocrisies et des mêmes indignations que l’on maudissait autrefois la fornication. Il y a sans doute de la volupté à se proclamer si respectueux de toutes les différences et en même temps tant menacé de pécher d’un mot. Le Politiquement Correct joue de la culpabilité : la faute consistant à employer des mots discriminants, donc à exclure de son cœur. Et comme de désigner ou de qualifier (ce qui, on l’admettra, reste une des fonctions normales des mots) on passe à classer, voire à évaluer, tout locuteur vit entre faute et rédemption, toujours en situation d’avoir à s’excuser d’avoir pu penser ce qu’il n’ose énoncer. Le crime est dans l'esprit il faut se rééduquer.

Le pire dans le politiquement correct est qu'il arrive à gâcher même les meilleures causes ou les sentiments les plus évidents. Soit l'affaire Baupin. La réaction la plus spontanée serait de dire qu'il est mal de forcer une femme qui vous repousse ou de l'humilier, que si le Tartuffe écologiste l'a fait, il doit être puni même s'il jouit entre temps de la présomption d'innocence. Décence commune, en somme. Mais voici qu'à la norme de la honte se substitue la dialectique du sentiment impur et de la bonne répression (un exemple) : le crime des tireurs d'élastique et autres frotteurs, serait le sentiment de puissance et d'impunité que leur confère la tradition. Il faudrait donc en faire plus : plus d'avancées, plus de contrôle de la société, moins de zones de non droit.

Ainsi, le logiciel PC oblige le locuteur à évoquer la libération de la parole et les tabous qui nous oppressent encore, à faire planer le soupçon sur les mâles en général et les structures archaïques en particulier. Et à dissimuler en combat de libération une envie de pénal : plus de lois, plus de dénonciations. Un peu d'auto-critique (il y a eu omerta, nous n'avions pas assez pris conscience), quelques exemples cités (le courage de ces femmes d'oser témoigner) et la culpabilisation de ceux qui laissent faire, de ceux qui ricanent, de ceux qui ne sont pas assez ardents au combat et au lynchage.

Le constat de la faute individuelle donne une occasion de rappeler qu'il y a encore des droits à affirmer et des prises de conscience à encourager, que le monde se divise en coupables et victimes, mais que l'air du temps, pourvu que l'on renonce à ses blocages et préjugés, balaiera ces miasmes.
Le politiquement correct politise dans un premier temps (tout est affaire de rapports de force et de dominations établies) mais pour dépolitiser dans un second temps : tout est dans la tête, ouvrez vous à la modernité. C'est là sa pire contradiction.


 Imprimer cette page