huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Affrontements, stratégies et images
La vision géopolitique de Daech
L'État islamique a-t-il une géopolitique ? Pas au sens classique - la géographie physique et humaine déterminant des relations internationales en fonction d'intérêts connus- . Oui en ce sens qu'une géographie que nous qualifierons de mystique ou de mythique entraîne une politique qui se rattache à la fois à la dimension sacrée de la terre (le pays de Cham comme terre promise) et à la reproduction des batailles et au souvenir d'exploits des premiers temps de l'islam (donc à ce qui fut accompli "en ce temps-là").

TERRITOIRE

Le territoire (au sens d'une zone géographique qui possède des ressources mais est aussi porteuse de sens symbolique pour ses habitants) compte énormément pour les jihadistes. D'une part l'établissement du califat, annonciateur d'une phase décisive de l'Histoire humaine, a lieu quelque part ; il s'enracine, attire et progresse. Suivant le slogan djihadiste, sa mission est de "durer et s'étendre". Il n'y a, au fond, que deux sortes de terre, la terre régie par la loi de Dieu (le califat) et la terre des mécréants, la première étant appelée à se substituer à la seconde. Le but est d'établir la loi divine dans le monde et de détruire jusqu'à la moindre trace d'idolâtrie (chirk).
C'est ce que dit Dar al-Islam citant ibn Mouflih : "Toute terre qui est dominée (gouvernée) par les lois des musulmans est une terre d’Islam et si elle est dominée par les lois de la mécréance c’est une terre de mécréance, il n’y a pas de terre autre que cela. "
Selon ce schéma binaire le monde entier s'organise autour d'un pôle - le califat où est appliquée la loi de Dieu contrairement à l'Arabie saoudite, à l'Iran, etc. - et, alentour, un environnement hostile destiné à disparaître. Une jour nous prendrons Rome, un jour nous prendrons Constantinople, ne cessent de répéter les djihadistes qui envisagent sans doute ensuite une émirat de Washington D.C. ou de Pékin. Le monde se divise donc en califat et provinces - wilyaats, -divisions administratives- d'où doivent converger tous les vrais musulmans, fussent-ils Français ou Jamaïcains. Comme nous l'avions signalé, le bon musulman qui ne peut pas faire la hijrah - aller au pays de Cham pour s'y battre et obtenir le martyr - doit agir dans sa propre région (Nice, par exemple) en tuant des mécréants suivant la formule "avec un couteau, une pierre ou un véhicule".
L'extrême verticalité du système - tout le monde doit faire allégeance à un leader spirituel et politique, en une pyramide au sommet de laquelle se trouve le calife- a besoin de s'appuyer sur une base "horizontale" : la terre de la Loi. En attendant la grande fraternité humaine victorieuse prélude à la fin des temps.
Corollaire : le djihadisme est un universalisme. Une des premières préoccupations du califat fut de détruire les traces de la ligne Sykes Picot, en attendant d'abolir toutes les frontières.
Là encore citons Dar al-Islam qui étale ses références historiques : "Quant à ceux qui veulent des passeports, des frontières, des ambassades et de la diplomatie ils n’ont pas compris que les partisans de la religion d’Ibrâhîm mécroient et prennent en inimitié ces idoles païennes. Nous renions la démocratie, la laïcité, le nationalisme, leurs partisans ainsi que toutes les pratiques et rites de ces fausses religions. Nous voulons rétablir l’État Prophétique et celui des quatre Califes bien-guidés ; pas l’Etat-Nation de Robespierre, de Napoléon d’Ernest Renan".
Par ailleurs, il est évident à leurs yeux que c'est nous qui envahissons leur territoire et menons croisade sur croisade avec nos alliés juifs et hypocrites.

HOSTILITÉ

Le même principe binaire s'applique au processus de désignation de l'ennemi. C'est le "avec nous ou contre nous" poussé à l'extrême. Citons cette fois Dabiq, la revue anglophone "Les koufars – qu’ils soient catholiques, protestants, ou chrétiens orthodoxes, conservateurs ou progressistes, Juifs, qu’ils soient bouddhistes, hindous ou sikhs, qu’il soient capitalistes, communistes ou fascistes – sont finalement unis contre l’Islam et les musulmans".
Même si les partisans de l'EI ne sont pas complotistes (tout au contraire : ils dénoncent ceux qui croient que le monde est dirigé par une poignée d'hommes comme déviants : les simples mortels n'on pas tant de pouvoir) ils ont une vision simple où le mal est un en son principe : tous ceux qui nient la loi de Dieu (y compris des wahabites non jihadistes objectivement alliés à l'Occident, par exemple) sont dans le même camp. Corollaire : si tous les autres sont ennemis, on n'a guère d'amis. L'idée d'alliance, même stratégique et provisoire, semble étrangère à une mentalité pour laquelle on ne dénonce jamais assez les déviants (en d'autres temps on disait les déviationnistes).
Pour être plus précis, on est soit "vrai" musulman, soit apostat (sunnite non rallié au califat), soit chiite ou autres familles hérétiques de l'Islam, soit Juif ou croisé (les bouddhistes, hindouistes et autres athées et idolâtres étant assimilés). Et sauf à faire partie de la première catégorie, on est promis à l'extermination ou à la conversion (des cas intermédiaires de soumission, pacte de non agression plus ou moins provisoire pouvant être envisagés seulement pour les gens du Livre). Dans tous les cas, la notion d'alliance ou d'amitié pour un mécréant est inimaginable.
Des notions qui structurent la pensée occidentale comme la distinction entre l'ennemi privé (que l'on combat en raison de sa personne ou de griefs à son égard) et l'ennemi public - hostis et inimicus - n'ont guère de sens. On ne doit pas combattre "à titre privé" et il est obligatoire de lutter contre les ennemis qui sont aussi "ennemis d'Allah".
Tout ceci rend assez ridicules les considérations auxquelles se livrent nos politiciens pour expliquer que les jihadistes nous haïssent pour ce que nous sommes (ouverts, tolérants, démocrates, permissifs, gentils, voire fêtards puisque notre mode de vie avec terrasses de cafés et concerts de rock les exaspère) et pas pour ce que nous leur faisons (les bombarder par exemple). Ou, comme les néo-conservateurs pour prétendre qu'ils ne ne nous frappent pas pour riposter à nos bombardements mais parce qu'ils sont intrinséquement méchants.
La distinction n'a guère de sens pour l'autre camp tant nos crimes (les attaquer) sont à leurs yeux les manifestations de nos croyances (libertinage, démocratie, paganisme, association d'autres croyance à la foi en Dieu) et vice-versa. Le crime politique traduit la déviance religieuse et la déviance religieuse est un crime politique.

Territoire et hostilité expliquent la nature de la guerre menée par l'État islamique et qui fera l'objet de l'article suivant.
 Imprimer cette page