huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie > Terrorisme
Pour Daech, la France a déjà perdu

Dar al-islam, la revue francophone en ligne de l'Etat islamique vient de publier son numéro 10. "Game over", annonce la couverture sur fond de photo de l'attentat de Nice. L'EI célèbre ses héros, à commencer par Ablla Larossi (l'assassin de Magnanville) dont les dernières paroles sont pieusement recueillies : allégeance formelle au calife, appel aux musulmans de France pour qu'ils fassent le djihad et défi lancé aux autorités françaises qui, empêchant les croyants de faire le djihad en Syrie l'auront chez eux... Mais les autres opérations récentes en France et en Allemagne ne sont pas moins célébrées, le tueur de Nice ayant droit à une mention spéciale pour l'efficacité de son action en terme de coûts / investissement (85 morts en ne perdant qu'un combattant) et pour sa spectacularité.
Dans ce numéro, on peut noter un cours de sécurité informatique très clair, preuve que les djihadistes savent maîtriser les outils numériques, et un article quasi "féministe" (toutes choses étant relatives par ailleurs) qui fait l'éloge des premières femmes de l'Islam qui furent des sages, des héroïnes, des écrivains et des poétesses, des savantes, des productrices et commerçantes. Mails le plus surprenant n'est pas là.
Surtout la revue (toujours dans un style quasi littéraire et certainement par quelqu'un qui a plus de culture qu'un fantassin de base de Moleembeck ou de nos banlieues) affirme deux thèses qui semblent répondre aux questions posées plusieurs fois sur ce site :
pour eux "la France a perdu"
et la justification théologique des attentats est au moins aussi importante que leur efficacité stratégique.

La. France a perdu ? Dar la Islam se délecte des conséquences de l'attentat de Nice en particulier : prolongation de l'inutile état d'urgence, baisse du tourisme et surtout humiliation symbolique des gouvernants et de la population. Ceux qui s'étaient vantés de ne pas avoir peur, de tenir ferme sur leurs valeurs et sur leur vivre-ensemble, ceux qui avaient fanfaronné en proclamant qu'ils ne changeraient rien à leur mode de vie, se sont couverts de ridicule : ils annulent à tour de bras et jouent le tout sécuritaire face à un péril qui peut se manifester à tout instant. Et de citer (dans une traduction assez libre) al Bagdadi qui était sans doute encore vivant au moment où était rédigée la revue : " Plus personne n'a d'excuse après la guerre du Cham (Syrie et Irak) et la vérité est devenue claire et limpide pour les élites autant que pour les masses. Deux camps. Deux tranchées. Une guerre de mécréance et de foi, une guerre de d'alliance et de désaveu. Et toute guerre en dehors de cela n'est que foutaise, quels que soient les objectifs qu'ils prétendent viser".

La ligne de l'Etat islamique reste bien triomphaliste. Triomphaliste, en ce sens qu'elle interprète comme un succès toute contradiction de l'adversaire obligé de revenir de ses illusions idéologiques et de son déni du réel : que la France soit obligée de reconnaître sa peur, et déjà elle a perdu. Mais triomphaliste aussi parce que l'acte que nous qualifions de terroriste se suffit à lui-même : le mépris des choses terrestres et le souci de conquérir le paradis des martyrs prouvent que les djihadistes ont déjà remporté la victoire intérieure. Le sacrifice est auto-probant. Et triomphaliste enfin, par l'affirmation que la lutte -forcément finale puisqu'elle doit mener au triomphe du monothéisme avant la fin des temps - est imperdable : même un échec militaire sur le territoire de Cham face à des forces matérielles infiniment supérieures ne prouverait rien : demain d'autres mouhadjidines suivraient l'exemple. " Par conséquent, la force militaire de esclaves de Satan, leur grand nombre et leur fortune n'ont pas d'impacts négatifs irréversibles dans l'esprit de ceux qui ont pris les armes afin d'élever la religion d'Allah sur toute la terre. De ce fait, comment en finir avec des hommes et des femmes qui voient, dans tous les avantages de leurs ennemis, les signes de leur propre victoire ?" . Le califat "durera et s'étendra", ce qui ne les tue pas, et même ce qui les tue pour le salut de leur âme, les renforce : le message est clair.

A noter aussi, le souci de légitimation théologique des rédacteurs. Dans un interminable article "Attentats sur la voie prophétique" (deuxième partie d'une série sur plusieurs numéros), on réfute tous les représentants de l'Islam en France qui non seulement soutiennent que terrorisme de Daech n'a rien à voir avec l'Islam, mais même simplement que l'on peut vivre en paix avec les mécréants, Français en particulier. Le califat est la seule autorité et la seule paix qu'il pourrait y avoir avec les mécréants résulterait de leur soumission (dhimmitude) sur des terres soumises à la loi de l'islam ou d'une trêve ou protection accordée par le seul calife (muhadan). Or ce n'est pas le cas, donc il est parfaitement légitime de massacrer les Français. Donc les Français qui prétendent ne nullement être en guerre avec les musulmans le sont en réalité, et puisqu'il ne peut y avoir de paix entre nous, et qu'aucun mécréant, même le gouvernement de notre pays ne peut commander à des vrais croyants, il y a forcément guerre entre nous. L'autorité religieuse implique la belligérance, la belligérance suppose l'autorité religieuse . CQFD.
Et pour ceux qui ne seraient pas convaincus, il est rappelé que les Français ont commis de nombreux actes qui justifieraient la lutte à mort que leur mène le Califat : tuer des musulmans, aider leurs ennemis, tenter de les détourner de la foi, critiquer ou insulter le Prophète... Donc la sentence est rendue.

Vous avez déjà perdu dans vos têtes et nous nous gagnerons et sur terre et au paradis où, comme, conclut la revue avec cette citation imparable : "Ceux qui ont cru, qui ont émigré et qui ont lutté par leurs biens et leurs personnes dans le sentier d'Allah, ont les plus hauts rangs".

 Imprimer cette page