huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Divers > Textes à télécharger
Bréviaire du propagandiste
Décryptage de la propagande : médias et organisations

Que propage la propagande ? une doctrine et des certitudes, la foi en une cause et l’hostilité envers l’adversaire et ce qu’il incarne… Elle propage aussi des choses : textes, films, affiches, icônes pour répandre idées et symboles… Aux méthodes de persuasion qui agissent sur les cerveaux, elle ajoute des techniques de diffusion pour atteindre lesdits cerveaux.

Propagande : ce terme évoque mensonges et bobards, guerres totales et mass media. Au siècle précédent, celui des idéologies et des totalitarismes, des millions d’hommes furent ainsi enrégimentés. Quand les technologies de la communication offrirent des sources d’information et des possibilités d’expression insoupçonnées, beaucoup crurent que la société de l’information serait celle du pluralisme des opinions et de la disponibilité des connaissances.

Pourtant, à l’heure où Internet et la télévision planétaire semblent tout dire et tout montrer, il faut redouter les falsifications ou le marketing de la croyance autant que la contagion du fanatisme.

Pouvons-nous croire aux images des conflits qui nous parviennent presque en temps réel ? Adhérer à la lecture qui nous est proposée d’un monde visible sur nos écrans ? Caméras partout mais certitude nulle part.

Faut-il se fier aux bruits et rumeurs sur Internet ? Savons-nous mieux qu’hier juger de la réalité et échapper au bourrage de crâne? Quel est le bon usage des médias ?

D’une part, les recettes de la propagande restent constantes – répéter, simplifier, diaboliser…. Elles ont été systématisées au XXe siècle et s’appliquent toujours.

D’autre part, l’art de convaincre les foules dépend des idéologies qui les imprègnent et des technologies qui les relient. Une histoire des idées contagieuses suppose une histoire des moyens de contagion. Or, on ne convainc pas de la même façon des foules rassemblées des audiences cathodiques planétaires ou les lecteurs d'un blog politique. Chants et affiches n’agissent pas comme les images numériques et les rumeurs électroniques.


Aux formes classiques de propagande (celle qui vise à faire croire que, à faire croire avec… et à faire croire en…), s’ajoutent de nouvelles utilisations agressives de l’image, des mots et des données. La crainte de la désinformation augmente à la mesure de notre surinformation. La «guerre de l’information» recouvre suivant le cas une techniques de sabotage électronique, des bruits boursiers, un quasi-canular sur Internet ou une vraie manipulation de l’opinion mondiale par des mises en scène sophistiquées.

Entre la propagande de papa et ses modernes avatars - guerre psychologique ou de l’image, communication stratégique, influence - un domaine où règnent mythes et confusions.

Bien avant que le pape Grégoire XV ne fonde une Congrégation pour la propagation de la foi des techniques de persuasion sont recensées et enseignées, au moins depuis la Grèce antique.

Ces méthodes combinent images et paroles, pour susciter des passions et imposer des représentations. Mais au XXe siècle, la propagande devient un phénomène reconnu, étudié, professionnalisé ; elle passe à l’échelle de la société industrielle en 1914. Chez les belligérants, des bureaux de l’opinion censurent et contrôlent tout ce qui se dit et se voit. Science, culture et loisirs sont au service d’un objectif militaire: le « moral » des soldats comme celui des civils, mais aussi contre celui des ennemis qu’il faut affaiblir. Aux USA, les partisans de l’entrée en guerre recourent aux armes de l’émotion - telle la « propagande d’atrocités » contre les crimes du Kaiser – en s’inspirant de la jeune publicité et la psychologie appliquée.

Tout totalitarisme, vampirise l’attention : le Pouvoir ne peut tolérer ni intimité ni neutralité. À chaque moment de sa vie, de l’école à la caserne, du lit à la tombe, l’individu dévore le discours officiel, contemple les icônes du pouvoir et participe à l’exaltation collective. Qui contrôle l’État contrôle les esprits. Chaque méthode étant fonction de son idéologie, le communisme (avec l’agit-Prop et des théories inspirées de Pavlov) et le nazisme (et ses scénographies pour agir sur l’inconscient des masses) recourent à la propagande, à ses pompes et à ses rites. Elle impose un monde imaginaire et grandiloquent, seul environnement mental autorisé. Pendant la seconde guerre mondiale, le conflit prend pour enjeu « les cœurs et les esprits » et se veut la lutte entre des visions du monde. Comme le fera la Guerre Froide.

Dans un monde bipolaire, rien n’est neutre. Côté soviétique, l’objectif est de répandre une vision du monde, tout en perturbant le camp adverse à travers la desinformatzyia et l’influence. Côté américain, les stratèges pensent en termes de «management de la perception» et de «diplomatie publique». Ils veulent convertir aux valeurs de l’Amérique et à son mode de vie. Puis le spectacle de la guerre du Vietnam fait irruption dans chaque foyer via la télévision. Les militaires en retiennent la nécessité de contrôler quelles images de violence et quelles victimes peuvent voir les téléspectateurs.

Comment gérer une guerre sans dommage cathodique collatéral ? De nouveaux experts traitent la guerre en problème de marketing. Par contrecoup, après les médiamensonges de la première guerre du Golfe, il est tentant de soupçonner partout des mises en scène pour susciter convictions et émotions (essentiellement la pitié et l’indignation). En Somalie (où l’image fait sinon perdre la guerre aux U.S.A, du moins les contraint à partir) au Kosovo, en Irak en 2003, les techniques se perfectionnent non sans rencontrer échecs et résistances. Les psyops, les opérations psychologiques deviennent une composante de la stratégie. Les mêmes spin doctors (que l'on pourrait traduire par Docteur Folimage) se chargent aussi bien du marketing de la guerre que de l'image de marque de leur poulain sur la scène de la politique spectacle.

Il n’y a pas que l’État ou le Parti qui recourent aux méthodes de persuasion ou de sidération par l’information. Entreprises et lobbies n’ont rien à envier aux politiques. Sur fond de guerre économique, Internet bruit de rumeurs et devient un terrain de manœuvres pour la perturbation assistés par ordinateur ; le monde de l’économie découvre ce qu’est déstabilisation informationnelle tandis que le terrorisme révèle toute sa puissance publicitaire et symbolique. Les organisations d'influence.

Toutes mêlent à des degrés différents plusieurs techniques destinées finalement à agir sur le cerveau d’autrui :

-    La suggestion : présenter de bonnes idées, leur donner un nom et une forme attractifs...
-    La séduction : avoir une bonne image de marque, attirer l’attention
-    La spécialisation : développer une forme d’expertise dans un domaine, savoir convaincre, acquérir une légitimité
-    La communication : toutes ont besoin des médias et de l’opinion pour faire prévaloir leur point de vue
-    Mais aussi la sanction : les ONG peuvent mettre au pilori gouvernements autoritaires ou entreprises irresponsables, les lobbies savent faire comprendre aux fonctionnaires ou aux élus que leurs mandants pourraient bien manifester ou protester, quant aux think tanks, leur fonction de critique des politiques n’est pas négligeable.


L’influence est le mode d’action typique de sociétés qui ne sont plus hiérarchisées, mais décloisonnées, fluctuantes, incertaines. Le pouvoir se fonde moins sur l’autorité de la tradition ou sur la possession des choses que sur des capacités nouvelles : produire des images, diriger l’attention publique, anticiper les courants porteurs, maîtriser les noeuds et commutateurs des réseaux, occuper les positions stratégiques dans les flux d’informations.



Sur la propagande voir : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10


Voir aussi sur les méthodes de la propagande.


La bibliographie

 Bréviaires des propagandistes, à charger en PDF
 Voir aussi le livre
 Imprimer cette page