huyghe.fr - Le site de François-Bernard Huyghe
OK
 Sur Twitter : @huyghefb
 Comprendre les conflits : une nouvelle polémologie
 Terrorisme
 Affrontements, stratégies et images
 Information, pouvoir et usage : l'infostratégie
 Intelligence économique : du savoir à l'influence
 Pouvoirs et information
 Transmission et communication : la médiologie
 Médiologie au présent
 Médiologie de l'histoire
 Divers
 Textes à télécharger
 Huyghe Infostratégie Sarl
Information, pouvoir et usage : l'infostratégie > Affrontements, stratégies et images
Images kadhafiste
Propagande kadhafiste, quand la mort s'exhibe
`

Kadhafi a, paraît-il, ses "spin doctors". Pourtant les rares images de la télévision libyenne ne témoignent pas d'une inventivité stupéfiante. Après ses discours (au monument des bombardements de 1986, sous un parapluie surréaliste dont le symbolisme intrigue, haranguant des foules maigrelettes..) voici les images prévisibles qui rappellent celles d'avant la chute de Saddam en 2003. Bande son de slogans... Fausses annonces de triomphes mirifiques. Foules impatientes de mourir pour Mouamar (mais cadrées assez serré pour qu'il soit difficile de les compter)... Bambins revêtus du vert de l'islam et expliquant face à l'objectif qu'ils n'ont pas peur... Petit moment kitsch : des orchestres patriotiques poussent la mélopée

Morts en gros plan

Plus les inévitables enterrements de présumées victimes civiles des bombardements. Et une caméra qui s'attarde sur les cercueils.
Comme les habitants de Belgrade (1999) ou de Bagdad (2003), les bombardés de Tripoli parlent aux bombardiers (nous) sur des affiches dans un anglais effroyable. Pour nous culpabiliser : "Pourquoi tuez vous nos femmes et nos enfants ? Nous ne vous avons rien fait." Un francophone os un "Sarkozy assassin" pour les téléspectateurs étrangers.
La dialectique kadhafiste joue des référents historiques - nos ennemis sont des croisés plus des colonialistes - et religieux. Des imams bénissent les martyrs et annoncent que Dieu châtiera les agresseurs. Mais il le disent... en anglais, car cette mise en scène est destinée à l'opinion internationale.
Toute propagande de guerre a es figures obligées : les atrocités de l'ennemi contre les civils innocents, ses armes déloyales, sa propagande mensongère, le moral impeccable des populations, le soutien des autorités morales et spirituelles, l'adversaire qui a voulu la guerre et nous qui ne faisons que nous défendre...

Recettes anciennes, nouveaux médias

Ces figures sont répertoriées depuis le début du XX° siècle ; dans les années 20, lord Arthur Ponsonby analysait déjà les techniques britanniques employées en 14-18 en des termes qui s'appliqueraient parfaitement à cette guerre. Du reste, les armées modernes et l'Otan en particulier se préparent à contrer l'inévitable "propagande d'atrocité" adverses en dirigeant les caméras du bon côté et en la submergeant sous leur propre information.
Si les fondamentaux restent, la nouveauté est que Kadhafi ne contrôle ni les airs ni les ondes. Et que sa population, qui n'a guère accès à Internet, sans doute pas davantage aux médias non arabophones ne peut être tenue dans l'ignorance de ce que disent les chaînes d'information en arabe. Avec le recul, on mesurera sans doute mieux le rôle immense d'al Jazeera dans les événements qui ont secoué le monde arabe cette année. Et le paradoxe de cette propagande destinée, certes à son peuple, mais aussi aux Occidentaux et au troisième acteur : l'opinion arabe qui vient de trouver son espace public et cathodique.

F.B. Huyghe

 Voir les images
 Imprimer cette page