24 octobre 2017 - Cinquante citations sur la guerre de l'information
• Alger (Dr. John) « La guerre de l'information est l'ensemble des actions entreprises dans le but d'obtenir la supériorité de l'information, en affectant les informations, le traitement de l'information et les systèmes d'information de l'ennemi, tout en protégeant ses propres informations, traitements de l'information et systèmes d'information. »

• Arendt (Hannah) « Faire de la présentation d’une image la base de toute politique, - chercher, non pas la conquête du monde, mais à l’emporter dans une bataille dont l’enjeu est « l’esprit des gens », -, voilà quelque chose de nouveau dans cet immense amas des folies humaines enregistrées par l’histoire. »

• Bernays (Edward) " Si nous comprenons les mécanismes et les mobiles propres au fonctionnement de l'esprit de groupe, il devient possible de contrôler et d'embrigader les masses selon notre volonté et sans qu'elles en prennent conscience. La manipulation consciente et intelligente des habitudes et des opinions organisées des masses est un élément important dans une société démocratique. Ce mécanisme invisible de la société constitue un gouvernement invisible qui est le véritable pouvoir dirigeant de notre pays. Ce sont les minorités intelligentes qui se doivent de faire un usage systématique et continu de la propagande ".

• Elias (Norbert) "La monopolisation de la violence crée dans les espaces pacifiés un autre type de maîtrise de soi ou d'autocontrainte. Au mécanisme de contrôle et de surveillance de la société correspond l'appareil de contrôle qui se forme dans l'économie psychique de l'individu."

• Gernet (Gilles) « Les stratagèmes sont des procédés qui permettent avec la plus grande économie des moyens d’inverser les relations de dominé à dominant, soit en profitant de la faiblesse momentanée de l’adversaire et de l’équilibre instable où il se trouve, soit en le trompant de multiples façons. »

• Glen Otis (Gen.) « Le combattant qui l’emporte est celui qui gagne la campagne de l’information. Nous en avons fait la démonstration au monde : l’information est la clef de la guerre moderne –stratégiquement, opérationnellement, tactiquement et techniquement. »

• Gracian (Baltazar) "Le secret est le sceau de la capacité... C'est la marque d'une supérieure maîtrise de soi et se vaincre en cela est un triomphe véritable."

• Harbulot (Christian) : « Les opérations de guerre de l'Information se répartissent dans le domaine économique en 3 catégories :
• la Tromperie : (Désinformation, Manipulation, discrédit,
• la Contre-information : (Identification des points faibles de l'adversaire, Exploitation de ses contradictions, frapper ses talons d'Achille, Utilisation de l'information vérifiable),
• la Résonance : (Faire de l'agit-prop, Optimiser les caisses de résonances, Créer des réseaux d'influence, animer des forums de discussion…) »

• Hayden (Maj. Gen. De l’Air Intelligence Agency) « L’information est un espace ou un objectif. Si vous l’envisagez comme un objectif, vous avez tendance à utiliser l’information pour faire des choses que vous faisiez auparavant... Mais si vous l’envisagez comme un espace, vous y pensez comme à une alternative... La guerre a évolué à travers la terre, la mer, l’air, l’espace, et maintenant l’information. Nous sommes persuadés que l’information n’est qu’un espace de combat. La guerre de l’information comporte deux aspects. Il y a l’information au service de la chaleur, l’explosion et la fragmentation. Nous sommes plutôt compétents pour cela. Et puis il y a l’information au service de l’infoguerre seulement. Et, dans ce domaine, il existe d’autres manières d’atteindre nos objectifs. »

• Hobbes : « Gouverner c’est faire croire.»

• Infoguerre.com « Le concept de guerre de l'information (GI) est un concept très vaste qui englobe indistinctement toutes les actions humaines, techniques, technologiques ( opérations d'information) permettant de détruire, de modifier, de corrompre, de dénaturer ou de pirater (mais la liste des actions n'est pas exhaustive) l'information, les flux d'informations ou les données d'un tiers (pays, états, entité administrative, économique ou militaire…) en vue de brouiller, d'altérer sa capacité de perception, de réception , de traitement, d'analyse et de stockage de la connaissance. »

• Joint Vision 2020 du Department of Defense: “La domination totale du spectre [des menaces] implique que les forces américaines soient capables de conduire des actions rapides, soutenues et synchronisées (...), en s’assurant de l’accès et de la liberté d’opérer dans tous les domaines : espace, mer, terre, air et information.” Un autre élément nouveau est l’inclusion, en dépit des réticences de certains stratèges du Pentagone, des fameuses Information Operations. Elles sont définies comme suit : “actions visant à affecter l’information et les systèmes d’information adverses tout en défendant les nôtres. Les opérations d’informations comprennent également les actions menées dans des conditions de paix, voire de crise, (...) pour influencer des cibles informationnelles ou des systèmes d’information”.

• Jullien (François) « les deux procédures qui s’opposent ainsi – persuasion et manipulation – dépassent le cadre historique qui les a formées… soit on fait directement pression sur autrui par sa parole, à la fois, l’on montre et l’on démontre, on met « sous les yeux » grâce à la véhémence oratoire en même temps qu’on s’attache à la nécessité exigée par le raisonnement ; et de fait l’éloquence contient bien à la fois le théâtre et la logique, les deux composantes grecques de notre histoire. Soit c’est sur la situation qu’on opère pour atteindre indirectement l’adversaire en l’orientant progressivement de façon telle que, sans se découvrir et par le seul effet de ce qu’on y avait impliqué, elle enserre autrui et le désarme. »

• Kaplan (Robert) « Au XXI° siècle comme au XX°, nous prendrons l’initiative d’hostilités – que ce soit sous la forme d’opérations avec les forces spéciales ou de virus informatiques dirigés sur les centres de commandement ennemis – quand ce sera absolument nécessaire et que nous y verrons un net avantage. Nous le justifierons après coup sur le plan moral. Ce n’est pas non plus du cynisme. Le fondement moral de notre politique dépendra du tempérament de notre nation et de ses dirigeants, pas des absolus de la loi internationale. … Les systèmes dans lesquels deux grandes puissances s’affrontent dans une lutte ritualisée comme pendant la guerre froide ont tendance a être plus stables que le système actuel dans lequel il y a beaucoup de puissances secondaires et où la première puissance n’est toujours pas un Léviathan. »

• Krepinevich (Andrew): « Ainsi, l'élément déterminant du succès dans les conflits du futur pourrait de plus en plus résider dans la faculté de créer et d'accroître le »décalage d'information« entre amis et ennemis

• Lawrence (col. Thomas E.) : « Il faut attaquer là où l’ennemi ne se trouve pas » « La guerre irrégulière revient en effet à la définition que Willis en donnait de la stratégie ; « l’études des communications » et ce au plus haut degré. »

• Lévy (Pierre) : » La vision d’un monde interconnecté ne conduit pas nécessairement à l’irénisme mais plutôt à une nouvelle appréhension des conflits. En effet, on ne se bat jamais qu’avec ses voisins, ou tout au moins avec des adversaires à sa portée. …Que se passe-t-il quand tous les ponts deviennent quasiment voisins les uns des autres par satellites, CNN, Internet, porte-avions, bombardiers et missiles interposés ? La montée des guerres civiles rend de plus en plus sensible qu’à la nouvelle échelle de la planète toutes les guerres deviennent des guerres civiles. »

• Libicki M « (il existe) sept différents types de Guerre de l’Information, prétendant que celle-ci n’existe pas en tant que technique guerrière séparée, mais qu’elle existe sous plusieurs formes différentes, chacune se réclamant du concept général – des conflits impliquant la protection, la manipulation, la dégradation et le refus d’informations.

• «(i) La Guerre de Commande-et-Contrôle (qui frappe la tête et la nuque de l’ennemi),
• (ii) la Guerre du Renseignement (qui consiste à concevoir, protéger et rejeter des systèmes, afin de cumuler une connaissance suffisante à la domination de l’espace de conflit),
• (iii) la Guerre Electronique (les techniques radio-électroniques et cryptographiques),
• (iv) la Guerre Psychologique ( dans laquelle l’information est utilisée pour changer les esprits des alliés, des forces neutres et des ennemis),
• (v) la Guerre des “Hackers” (dans laquelle les systèmes informatiques sont attaqués),
• (vi) la Guerre de l’Information économique (blocage ou réorientation de l’information dans un but de domination économique), et
• (vii) la Guerre Cybernétique (un mélange hétéroclite de scénarios futuristes).


• Louis XI "Qui ne sait pas dissimuler ne sait pas régner"

• Lyotard (Jean-François) " Le " redéploiement " économique dans la phase actuelle du capitalisme, aidé par la mutation des techniques et des technologies, va de pair, on l'a dit, avec un changement de fonction des États : à partir de ce syndrome se forme une image de la société qui oblige à réviser sérieusement les approches présentées en alternatives. Disons pour faire bref que les fonctions de régulation et donc de reproduction sont et seront de plus en plus retirées à des administrateurs et confiées à des automates. La grande affaire devient et deviendra de disposer des informations que ceux-ci devront avoir en mémoire afin que les bonnes décisions soient prises. La disposition des informations est et sera du ressort d'experts en tous genres. La classe dirigeante est et sera celle des décideurs. Elle n'est déjà plus constituée par la classe politique traditionnelle, mais par une couche composite formée de chefs d'entreprises, de hauts fonctionnaires, de dirigeants des grands organismes professionnels, syndicaux, politiques, confessionnels. "

• Maisonneuve Eric de la : "Traitant de guerre
et de non-guerre, c’est-à-dire de toutes les formes de
conflits, la stratégie s’étend sur tout le champ plus ou
moins méconnu de la stratégie indirecte."

• Maodzedong : “Tout l’art de la guerre est l’art de duper”

• Mc Luhan (Marshall) “ La guerre de la télévision signifie la fin de la dichotomie entre civils et militaires. Le public participe maintenant à chacune des phases de la guerre et ses combats les plus importants sont livrés par le foyer américain lui-même.”

• Moinet (François) « L’intelligence est le croisement de l’information et de la stratégie. Le prisme est large. Il va du cycle du renseignement - dont la définition « officielle » de l’intelligence économique s’est inspirée - à la manipulation de la connaissance en passant par la désinformation. Dans tous les cas, l’information est au service d’une stratégie : en amont pour définir et comprendre son environnement pertinent, prévenir les risques, détecter les opportunités…; en aval pour décider, leurrer l’adversaire, le paralyser, … »

• Orwell (George) “ Naturellement, il n’y avait pas de moyen de savoir si à un moment on était surveillé. Combien de fois, et suivant quel plan, la Police de la Pensée, se branchait-elle sur une ligne quelconque, personne ne pouvait le savoir. On pouvait même imaginer qu’elle surveillait tout le monde, constamment...On devait vivre, on vivait, car l’habitude devient instinct, en admettant que tout son émis était entendu et que, sauf dans l’obscurité, tout mouvement était perçu

• Owens "Vers l'an 2005, nous pourrions être techniquement capables de détecter à peu près 90 % de tout ce qui a une importance militaire à l'intérieur d'une aire géographique étendue (par exemple un carré de 320 kilomètres de côté). En combinant [la détection] avec le traitement de données de notre C4I, nous obtenons la supériorité (dominance) dans la connaissance de la zone de combat. C'est une nouvelle conception de la guerre qui nous donne une compréhension de la corrélation des forces basée sur une perception intégrale de la localisation, de l'activité et des rôles et des schémas opérationnels des forces amies et ennemies, y compris la prédiction précise des changements à intervenir à court terme"

• Peters (Commandant Ralph) « Nous sommes entrés dans l’âge du conflit constant.. Jusqu’à maintenant l’Histoire a été une quête pou acquérir l’information. Aujourd’hui le défi est de gérer l’information. Ceux d’entre nous peuvent choisir, digérer, synthétiser et appliquer les connaissances adéquates gagneront –professionnellement, financièrement, politiquement, militairement et socialement. Nous, les gagnants sommes une minorité… Ces êtres humains, dans chaque pays, qui ne peuvent pas comprendre le nouveau monde ou qui ne peuvent pas tirer profit des incertitudes ou qui ne peuvent pas se réconcilier eux-mêmes avec sa dynamique deviendront des ennemis violent de leurs gouvernement inadaptés, , de leurs voisins plus fortunés, et en dernier recours des Etats-Unis. .. Il n’y aura pas de paix. À tout moment durant notre vie entière il y aura de nombreux conflits dans des formes mutantes, u autour du monde. Le conflit violent fera les gros titres des journaux, mais les luttes, culturelles et économiques seront plus constantes et en définitive plus décisives. Le rôle de facto des forces armées américaines sera de maintenir le monde comme un lieu sûr pour notre économie et un espace ouvert à notre dynamisme culturel. Pour parvenir à ces fins nous ferons un bon paquet de massacres. Nous sommes en train de construire un système militaire fondé sur l’information pour faire ces massacres. Nous aurons certes besoin d’une quantité de pouvoir musculaire, mais une grande partie de notre art militaire consistera à en savoir plus sur l’ennemi que l’ennemi en sait sur lui-même, à manipuler des données en vue de l’efficacité et de l’effectivité et à couper toute possibilité de ce genre à nos opposants ?.»

• Philoneko (Alexis) « La visée fondamentale de la guerre consiste à éliminer l’autre du champ du discours.

• Platon : (cet art de persuader) « Surpasse
de beaucoup tous les autres arts et c’est de loin le
meilleur : car il asservit toute chose par le consentement
et non par la violence. » Gorgias.

• Ponsonby (Lord Arthur) « le mensonge est l’arme la plus utile en cas de guerre. »

• Popper (Karl) : "La pensée commence avec le mensonge...Le langage naît du fait qu'on crie "au loup" pour rire, et que, ce faisant, on ment. C'est alors que naît le problème de la vérité, et par la même occasion celui de la représentation. Le problème de la vérité ne naît qu'avec la représentation. Pour les abeilles il n'y a pas de problème de la vérité."

• Qiao Liang et Wang Xiangsui « Ce qui change est que les moyens dont nous disposons aujourd’hui pour dénouer le “nœud gordien” ne sont plus des épées, et à cause de cela nous n’avons plus besoin d’être comme nos ancêtres qui envisageaient la résolution par la force armée comme la dernière cour d’appel. N’importe lequel des moyens politique, économique ou diplomatique est aujourd’hui d’une puissance suffisante pour supplanter les moyens militaires. Cependant, l’humanité n’a pas à s’en glorifier, car nous n’avons rien fait de plus que substituer autant que possible une guerre sans sang à une guerre sanglante. Avec pour résultat de transformer le monde entier en champ de bataille, dans un sens large, en même temps que nous réduisions le champ de bataille, dans un sens étroit.»

• Schutz et Godson « Derrière l’inextricable fouillis d’information, de vérités, de demi-vérités, de contre-vérités, de mensonges, de diffamations, de calomnies, d’interventions directes ou indirectes dans les organisations de masse téléguidées, d’agents d’influence stipendiés, de faux et usages de faux, se dissimule la dezinformatsia, entreprise de manipulation et de dégradation de l’opinion publique du monde libre, entreprise parfaitement rationnelle et logiquement conduite »

• Schwartau (Winn) « La guerre de l’information est affaire de contrôle de l’information. En tant que société, nous la contrôlons de moins en moins, tandis que le cyberespace s’étend et que règne l’anarchie électronique. Étant données les conditions générales de la fin des années 80 et 90, la guerre de l’information est inévitable. Le monde d’aujourd’hui offre les conditions idéales pour cette guerre, conditions que l’on n’aurait pas pu entrevoir, il y a seulement quelques années. »

• Simmel (George) "On pourrait soutenir ce paradoxe que, dans des conditions par ailleurs identiques, l'existence humaine collective exige une certaine dose de secret qui change simplement ses objets : abandonnant l'un, se saisissant d'un autre et dans ce va-et-vient préservant la même quantité de secret"

• Sloterdijk (Peter)« Les « faits nus » détectés par l’intelligence forment la première couche solide d’une expérience cynique. Il faut qu’ils soient nus parce qu’ils doivent aider à garder dans le viseur l’objet dans son hostilité dangereuse. Aussi les sujets doivent-ils se dissimuler pour observer les objets (« nus »). La dissimulation du sujet est le dénominateur commun de l’espionnage et de la philosophie moderne. »

• Sofsky (Carl) “La stratégie prépare le combat. Elle détermine où et quand et avec quoi on devra combattre. Elle procure des ressources et équipe les combattants. La tactique, pour sa part, fixe la manière dont les moyens seront employés et la bataille menée. Ces deux opérations dans la conduite rationnelle du combat, ont une fonction commune : la réduction de l’incertitude et l’exclusion du hasard. Plus on est préparé, plus il est facile de parer le coup de l’adversaire; Outre la coordination des forces engagées et le renforcement de l’esprit combatif, la lutte contre le hasard exige surtout une chose : le renseignement. Lequel est une stratégie du savoir.”

• Sun Tzu " Ceux qui sont experts dans l’art de la guerre soumettent l’armée ennemie sans combat. Ils prennent les villes sans donner l’assaut et renversent un état sans opérations prolongées. "

• Toffler (Alvin) "Le savoir est désormais la ressource centrale de la destructivité, de même qu'il est la ressource centrale de la productivité".

• Virilio (Paul) “Abattre un adversaire c’est moins le capturer que le captiver, le champ de bataille économique ne tardera pas à se confondre avec le champ d’aperception militaire et le projet du complexe informationnel américain deviendra alors explicite : il visera la médiatisation mondiale.”




http://www.huyghe.fr/actu_291.htm